Pâques au Maska

Capture d’écran 2017-08-16 à 12.21.08.png

Performance dansée avec Stella Cacheux et ses mini-platines. Le Maska, Castéra Verduzan, Gers. 2016

tumblr_inline_nu1x7pow2N1szqlr2_500.jpgmaska maison.jpg

 

 

Daf festival

DAF17_affiche_web.jpg

 

 

 

Capture d’écran 2017-08-08 à 20.36.06.png

Capture d’écran 2017-08-08 à 20.13.19.png

 

 

Capture d’écran 2017-08-08 à 20.47.47.png

 

Capture d’écran 2017-08-08 à 20.46.41.png

 

Capture d_écran 2017-08-08 à 20.28.07

 

Capture d’écran 2017-08-08 à 20.27.53.png

Strip culturel, entre deux attitudes, du recouvrement sublimé à la pin up américaine, sirène des mers polluées,  voir ce qu’elles induisent dans les mouvements. Pour décrypter une situation, les costumes sont faits d’influences mêlées pour former des créatures contemporaines.

 

( Bikini serti de lambeaux de sac poubelle, pagaie, cagoule, tulle, pole dance )

Film en cours de réalisation.  Festival DAF 2016 La reliure, Genève.

 

 

carte de visite pole.png

 

 « Expérimentations ou premières visions, l’art déviant n’a, selon nous, ni préjugés, ni prétentions. Il est multiple, ambulant, mutable, mouvant. Il est kaléidoscope et action. Cette année, le DAF célèbre son cinquième printemps. Pour l’occasion, en plus de la farandole incontournable d’hyperactifs du son, du corps et du bidouillage, on y verra également défiler une sélection d’hôtes à même de nous rassasier la panse et la pensée. C’est donc avec un plaisir immense que nous vous invitons à notre célébration de 5 jours, à partager l’énergie de l’instant présent avec cette simple certitude: être ensemble. »

 

 

**Orage Plastic (music)

daffestival.com

 

 

La rue pavoisée

A l’invitation de Mabrouk Hosni Ibn Aleya et Mina Sidi Ali## du 15.09 au 9 nov 2016
Malcolm F. LalibertéLorie Bettiol, le 23 Poitiers, pour résidence & leur soutient
à l’occasion de la Nuit des Bains Septembre 2016,  première exposition collective de  Sophie et Maxime Le Meillour, avec la collaboration d’ Hélène Boizeau , François Copeau, Hervé Moire & Juan Pablo Spinoza à Go Out !  Genève.

« Chacun de nous se fait donc simplement une illusion du monde, illusion poétique, sentimentale, joyeuse, mélancolique, sale ou lugubre suivant sa nature » Guy de Maupassant

 

 

Cette île Mon corps cover art

 

 

« Se pencher sur la démarche de Maxime Le Meillour revient indubitablement à se référer au postulat de Djalāl ad-Dīn Muḥammad Roumi «La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve». A ce titre, ses œuvres se veulent comme un miroir placé pile face à ces mêmes fragments. S’en dégage une vérité qui existe uniquement à travers les perceptions illusoires qu’elle alimente. Ce néant qui ne brille qu’à travers l’éclat de ses parures, Maxime le dénude avec l’allégresse d’un soudard qui arrache les haillons d’une coureuse de rempart. S’ensuit une orgie de sacrilèges dans laquelle raisonne le manifeste cannibale de Picabia, un décrassage universel ou la rugosité du Rien est érigée en valeur absolue. »  Mabrouk Hosni Ibn Aleya

 

 

http://sophielemeillour.ch/###http://www.maximelemeillour.com/#

Plus de détails dans le catalogue

 

La crèche, acrylique sur toile de lin. 2,30 x 3,50 m 2016.

D’après un collage de Maxime Le Meillour. Châssis démontable par L’Univers Dubois, toile réalisée pour l’exposition La rue pavoisée sous l’arcade de «  Go Out!  » à Genève 2016.  Collaboration avec Maxime Le Meillour (collage)

 

creche.jpg

 

 

 

Eden, Eden, Eden

 

558659_350425168328173_458931397_n.jpg

Exposition ‘At home’ au loft de Bruxelles, 2013

 

IMG_3903.JPG

Fresque. 1,5 x 2,5 m. Pastel sec sur Canson. 2012

 

 

 

 

R^volution

 

aff-reve1.jpg

 

capture-d_c3a9cran-2015-09-14-c3a0-18-49-54.png

re22.jpg

Diffusion de la vidéo-performance « Booba », 2011.

Bassin des Eaux Dormantes, eau tintée. Intervention de Toné qui s’y est spontanément jeté nu, éclaboussant comme un enfant, lors du 1er vernissage. Procédé permettant l’écoute d’une playlist retramise au travers de l’eau, qui fait trembler la surface de l’eau pour chasser les cauchemars.

 

 

Pourquoi travailler?

 

flyer-rurart-1

 

20446_1334949529803_3500424_n.jpg

 

« Pour autant, l’étymologie du mot « travail » ne renvoie pas à l’idée de réalisation personnelle mais plus prosaïquement à un instrument de torture, (…) Malgré l’aliénation et les contraintes qu’il fait peser sur les corps et les esprits, perdre son travail est plus souvent associé à la perte de sa dignité qu’à une libération. Le travail participe ainsi de la définition sociale de l’individu, l’époque moderne opposant le travail comme source d’émancipation au chômage cause d’aliénation… »  A. Stinès

Edward Burtynsky, Claude Closky, Fabrice Cotinat et la Galerie du Cartable, Wim Delvoye, Véronique Ellena, Simon Jacquard, Moolinex  # Participation sous l’aile de la Galerie du Cartable.

Exposition collective à Rurart, Venours (86), 2009.  En savoir plus ici.

 

 

 

 

Après l’Eden

 

lux-021.jpg

« Danse des tuteurs et des poussins en quête de vivre l’art en liberté, en proie à la création d’oeuvres volontairement bancales, interrogeant les marques du réel, analysant les spasmes que propose l’école d’art et son historicité. L’acharnement « thérapeutique » présent dans l’enseignement y est rétribué, nous relevons une glorification du soi et un égotisme à travers notamment « l’opérette de musique concrète » et ses lambeaux de traces d’école exposés, enterrés il y a bien longtemps qui ressortent en fantôme de renouveau des formes et de destruction des premières vivantes comme une sublimation. Exhumer/inhumer des chemins ou outils prosaïques de connaissance de l’art et du monde, où se révèle une certaine animalité, naturalité de l’état de recherche.  »  /hb

Sous la direction de : Michel Aubry, Edith Commissaire, David Legrand et Séverine Hubard.  Interventions de Rainier Lericolais et Philippe Rahm.

programme Après l’Eden &Programme Opérette de musique concrète

 

apresleden.jpg

affiche2009.jpg

 

 

 

 

Maisons d’artistes

ji hye art air.jpg

Drapeaux Voiles. Ji Hye Kim. Dentelles, velours, synthétique 2009

pauline 3 art air.jpg

A table, Pauline Juvenez. Porcelaines, nappe, table. 2009

 

carre3

Intempérie et l’Apogée du rire. Nina Bordage. Aquarelle et acrylique sur papier, 2008.

gaelle gilet art air.jpg

Cheveux tressés, Gaëlle Gilet, 2009.

 

Exposition collective à l’invitation de Hélène Boizeau & Ji-Hye Kim. Maison individuelle associative, à Nantes en 2009.  Festival « L’art prend l’air ».